Ce mois-ci, nous nous baladons de Lavigny à Féchy avec le domaine des Remans

CIVC_2020_Article_Famille_Rossier

Trois domaines qui aujourd’hui n’en font qu’un ! Depuis plus de 30 ans la famille Rossier travaille en collaboration et partage une même passion. Mais au départ, il y avait 3 domaines distincts ! En 2018, la famille a décidé d’unir ses forces. Les Rossier ont conservé les meilleurs crus des leurs caves tout en se réinventant.

D’ailleurs, le respect de l’environnement est important dans le domaine. Certifié VITISWISS, la famille Rossier a une cave thermo-régulée à Aubonne, qui permet de réduire la consommation d’énergie.

Leur union fait leur force ! Chacun a amené son savoir-faire et ses qualités pour un travail main dans la main dans la complicité et la bonne humeur.

Discussion avec Joëlle et Gilles Rossier.

Vous êtes un domaine familial, parlez-nous un peu de votre histoire.

A la base, il y avait 3 domaines bien distincts gérés par 3 frères (nos parents) mais le travail de la vigne et de la gestion du parc machines étaient déjà en commun. Suite à divers changements, nous avons décidé d’unir nos forces en 2018 afin de ne faire plus qu’une gamme de vins et ainsi rassembler nos connaissances et nos talents respectifs ce qui s’est avéré être une très bonne chose pour nos 2 caves.

Étendu sur 21 hectares entre Yens et Féchy, notre Domaine jouit de sols calcaires de textures moyenne ou argileuse sur lesquels naissent pas moins de 14 cépages différents. Ce sont dans les deux caves du domaine – dont l’une d’elles est thermo-régulée pour permettre une consommation d’énergie plus faible et une meilleure vinification – que sont conservés les vins du domaine.

Le domaine de la Cave du Chaffard et le Domaine des Remans à Lavigny est géré par Joëlle Rossier, Sandrine Rossier et Gilles Rossier, c’est une belle fusion qui nous a facilité aussi les différentes tâches liées à notre métier. Sandrine gère l’accueil des clients et la gestion de la salle à Lavigny tandis que Joëlle et Gilles gèrent la cave, l’administratif, les réseaux sociaux et la vigne. Nous avons encore la chance d’avoir l’appui du père de Joëlle (Philippe) ancien gérant de la cave d’Aubonne.

Quels sont les impacts de la pandémie sur votre travail au quotidien ?

Les principaux impacts ont été l’annulation de nos diverses manifestations (comptoirs, divinum, etc.), la fermeture des restaurants a également eu un impact, mais nous avons pu compter sur la fidélité de notre clientèle privée qui nous a soutenus durant cette année. Nous avons pu compter aussi sur les opérations WelQome ainsi que le soutien aux commerçants du district de Morges.

Quels sont les cépages principaux que vous travaillez ?

Notre produit phare est bien évidemment le chasselas, nous en avons 3 différents (Féchy, Lavigny et Aubonne) que nous avons gardés lors de notre association, ceci afin de préserver leurs différentes typicités et terroirs. Nous avons quelques spécialités blanches également ainsi qu’un assemblage de blancs que nous avons élaboré lors notre fusion composé d’un pinot blanc, pinot gris et gewürztraminer. Nous avons également un rosé d’assemblage qui plaît énormément et différents rouges donc 4 sont élevés en barrique ; Merlot, Cabernet franc, Pinot Noir ainsi qu’un assemblage de rouges qui varie selon nos envies. La carte se compose en tout de 15 vins différents. Nous avons aussi créé en 2019 le “Rossier’co” afin de contrer les Prosecco étrangers.

Comment avez-vous eu l’idée de mettre en place une plateforme pour venir en aide aux commerçants locaux ?

Gilles est membre de la Jeune Chambre Internationale de Morges. Au début de la crise, la section fribourgeoise a lancé un site de bons d’achats à faire valoir plus tard (lors de la réouverture). Le but était d’offrir un peu d’oxygène aux artisans locaux en faisant entrer de l’argent frais dans les caisses rapidement. Le site était adaptable et nous avons décidé de reprendre l’idée de la plateforme pour venir en aide aux commerçants du district de Morges. Puis, grâce à nos contacts, nous avons obtenu le soutien de plusieurs communes – Morges, Aubonne et Lavigny – ainsi que de la SEFA, ce qui a été primordial pour faire décoller les ventes. Une magnifique solidarité dans cette belle région qui regorge de commerces de qualité.

Est-ce que cette initiative a eu une influence sur votre domaine ?

Indirectement oui, j’ai eu contact avec beaucoup de commerçants et certains d’entre eux sont devenus clients (et inversement aussi !). Et puis il y a eu tous les articles (FAO, Journal de Morges, La Côte, 24heures) sur cette opération. Cela a donné aussi une énorme visibilité à la Jeune Chambre de Morges.

Cela fait plusieurs années que votre famille exploite ce domaine, quelles sont les évolutions principales que nous avez notées dans le domaine vitivinicole ?

Nous avons depuis plus d’une dizaine d’années, 2 salles de dégustation qui sont utilisées pour nos dégustations/portes-ouvertes et privatisées pour des événements en tout genre. Puis, nous nous sommes rendu compte que les gens souhaitent plus qu’une simple salle ou dégustation.

Du coup, nous avons développé le concept «Wevent » et entrepris la création d’un extérieur avec une tonnelle ainsi que des activités tels que la pétanque et le tir-à-l’arc. Nous avons beaucoup de séminaires et de team-building pour entreprise. Nous avons fait la certification « Vaud Œnotourisme » et travaillons avec des artisans et restaurateurs de la région pour les repas ainsi qu’avec notre prestataire FlexEvent pour l’organisation de certains événements. Les clients peuvent ainsi déguster nos vins, découvrir des produits locaux et profiter d’activités en plein air…tout ceci à la carte.

Nous avons aussi retravaillé nos vins en barrique et amélioré nos techniques de vinification avec l’aide de notre œnologue conseil. Nous essayons des traitements de vigne sans produit de synthèse. On suit également la tendance des clients en leur faisant découvrir de nouveaux produits (rosé pétillant, prosseco suisse, etc.).

Finalement, que conseillerez-vous comme association vin/plat ?

Si vous aimez les mets au poisson, ça sera notre assemblage blanc. Pour des mets au fromage, un chasselas ou un charmont, puis pour des viandes blanches ou des tapas pour l’été, un gamay frais, un rosé mousseux. Pour la chasse et les viandes rouges, je conseille un gamaret-garanoir ou les barriques, plus tanniques, pour ceux qui apprécient.

 

CIVC_2020_Article_Famille_Rossier_v2

Contacts:

Domaine des Remans

Chemin de Renolly 14

1175 Lavigny

Téléphone: 021 808 72 17  /  Mobile: 079 327 72 76  /  E-mail: sante@jf-rossier-vins.ch